Olivier, un talent « bien tombé en partant »

Presque chaque matin, depuis six ans, pendant 45 minutes à bord de sa voiture, Olivier Michaud-Fournier sillonne la route en direction de son poste de travail chez Martin Portes et Fenêtres avec la certitude qu’il est « bien tombé en partant ». Ce jeune homme à la coupe de cheveux millimétrée et à la barbe finement taillée, signe avant-coureur de son penchant pour le détail nécessaire à sa fonction, se dit fortuné d’avoir débuté son parcours dans une entreprise qu’il considère familiale et stimulante.

Depuis cinq ans, Olivier perfectionne son sens de la finition au cœur du département d’assemblage des battants. Ayant fait preuve d’une grande soif d’apprentissage dans diverses tâches sur le terrain, après trois ans d’exploration, il se trouve une affinité particulière avec l’assemblage. L’œil affûté par les randonnées et les divers travaux en forêt aux côtés de son grand-père, lui confère cette aptitude et ce besoin de la précision essentiel à ce poste. Il s’intéresse donc naturellement aux tâches de finition et y exerce son talent.

Avec virtuosité et exactitude, Olivier assemble les pièces après la peinture et fait la finition pour la livraison à leur sortie. Entre ces deux étapes, il s’occupe du revêtement des cadres, des extensions et des ajouts.

Olivier inspecte scrupuleusement ses interventions à la fin de chaque étape. Il est à la fois jeune et discipliné, dynamique et observateur, rieur et sérieux.

Chez Martin, dans son équipe, il retrouve une énergie positive à l’image de ses valeurs. Ses collègues sont ses semblables ; des gens qui veulent construire, apprendre, innover et se dépasser un peu plus au fil des jours. Comme Olivier l’énonce si bien, il « s’entend et s’amuse avec tout le monde, c’est une grande famille ».

Avec un ton de jeune compétiteur, Olivier raconte souvent à la blague : « j’ai un meilleur char que lui de mon père au même âge ». Il se lance ensuite dans une énumération, sourire aux lèvres, des avantages que lui assure ses conditions de travail. Pour lui, la qualité de vie, c’est comme la qualité de son ouvrage, il veut le meilleur. Et chez Martin, tout se déroule à échelle humaine.

Pour Olivier, la fierté que lui procurent ses accomplissements au cœur de l’entreprise reste essentielle à ce sentiment « d’être bien entouré et à sa place ». À cet effet, il évoque son titre de formateur attitré à son département et les récits épiques de commandes spéciales. Lors de ceux-ci, il se souvient particulièrement d’un colossal châssis conçu pour une église. Pendant qu’il raconte cette histoire, sa posture détendue et ses yeux rayonnent de la satisfaction contagieuse d’un homme « bien tombé » du premier coup dans son métier.

casinoluck.ca